Pour aider à endiguer la propagation de la COVID-19, toutes les habitations collectives des Services de justice pour la jeunesse financées par le ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires de toutes les régions doivent continuer à suivre la Directive provisoire jusqu’à nouvel ordre.

La Directive provisoire remplace les lignes directrices et directives antérieures qui sont suspendues, à savoir :

  • Lignes directrices concernant les visiteurs 2.0 : Réouverture des habitations collectives
  • Notes de service sur les mesures de protection renforcées émises par le MSESC pour la deuxième vague
  • Habitations collectives financées par le MSESC : Directives opérationnelles relatives aux mesures universelles de contrôle à la source en réponse à la COVID-19

À mesure que la situation relative à l'épidémie de COVID-19 évoluera, d'autres directives pourraient être émises.

En ce qui concerne les pensionnaires qui sont absents des habitations collectives au moment où la directive entre en vigueur, la Directive provisoire doit être respectée à leur retour à l'habitation collective.

Directive provisoire

Visites essentielles dans les habitations collectives

À l'intérieur

Les visites à l'intérieur sont autorisées UNIQUEMENT pour les visiteurs essentiels.

Un visiteur essentiel est généralement une personne qui :

  • Fournit des services essentiels aux fins du maintien du fonctionnement d'un organisme de services (y compris un entrepreneur); et/ou
  • Une personne dont la présence est considérée nécessaire au maintien de la santé, du bien-être, de la sécurité ou tout droit légal applicable d'un pensionnaire d'une habitation collective.

Les visiteurs essentiels peuvent comprendre, sans s'y limiter :

  • Un parent/tuteur
  • Une travailleuse ou un travailleur des services sociaux (p. ex., travailleuses ou travailleurs du bien-être de l'enfance, exploitants de programmes de jour, etc.)
  • Les fournisseurs de soins de santé (p. ex., médecin, infirmier/infirmière, préposées ou préposés aux services de soutien à la personne, etc.)

Les visites virtuelles doivent être fortement encouragées et facilitées dans la mesure du possible.

Les organismes doivent tenir compte de la santé et de la vulnérabilité au virus des pensionnaires et des membres du personnel ainsi que du bien-être général de tous les pensionnaires des habitations collectives pour déterminer si les visites essentielles sont appropriées.

Exigences concernant l'utilisation de l'équipement de protection individuelle par les visiteurs essentiels à l'intérieur :

Tous les visiteurs essentiels doivent porter un masque chirurgical / d'intervention ET une protection des yeux en tout temps lorsqu'ils se trouvent à l'intérieur d'une habitation collective.

Les visiteurs essentiels doivent être avisés lors du dépistage à la porte que le respect absolu des exigences relatives au port du masque et à la protection des yeux est une condition d'entrée et que s'ils ne les respectent pas, ils peuvent se voir demander de quitter les lieux.

Les fournisseurs de services doivent fournir aux visiteurs essentiels un masque chirurgical / d'intervention et un écran facial au besoin.

À l'extérieur

Les visites à l'extérieur sont autorisées UNIQUEMENT pour les visiteurs essentiels.

Exigences concernant l'utilisation de l'équipement de protection individuelle par les visiteurs essentiels à l'extérieur :

Tous les visiteurs essentiels doivent porter, au minimum, un masque chirurgical / d'intervention en tout temps pendant la visite à l'extérieur.

Les fournisseurs de services doivent fournir aux visiteurs essentiels à l'extérieur un masque chirurgical / d'intervention au besoin.

Absences et sorties de courte durée

Les activités essentielles à la santé et au bien-être qui ont lieu en dehors de l'établissement sont autorisées.
Ces activités peuvent comprendre, par exemple, les rendez-vous chez le médecin ou une intervention médicale, à condition qu'elles soient :

  • Autorisées en fonction de la nature de l'activité et/ou des avis de santé publique; ou
  • Essentielles à des fins médicales seulement, si les soins virtuels ne sont pas possibles.

Les fournisseurs de services doivent suivre les directives du conseil scolaire local concernant la fréquentation scolaire.

Les activités récréatives organisées en dehors de l'habitation collective sont suspendues. Celles-ci comprennent les programmes de jour et toutes les autres activités de groupe / publiques où une interaction sociale est probable.

Les activités hors site pour la santé physique / mentale qui permettent la distanciation physique sont autorisées (p. ex., faire une marche).

Il est attendu de tous les pensionnaires des habitations collectives qu'ils restent dans leur habitation autant que possible.

Absences essentielles d'une nuit

Comme il est attendu des pensionnaires qu'ils restent dans leur habitation autant que possible, les absences sont fortement déconseillées.

Lorsqu'une absence (p. ex., pour se rendre dans un domicile familial) est nécessaire au maintien de la santé, du bien-être, de la sécurité ou de tout droit légal applicable d'un pensionnaire, elle est autorisée.

Les pensionnaires et les fournisseurs de soins doivent être avisés avant la visite de nuit des mesures de protection renforcées qui doivent être mises en oeuvre au retour du pensionnaire.

Mesures de protection renforcées après une visite essentielle d'une nuit

Un pensionnaire qui retourne dans son habitation collective après une absence essentielle d'une nuit autorisée doit, à son retour, appliquer des mesures de protection renforcées pendant quatorze jours après la visite essentielle d'une nuit, y compris :

    • À son retour, répondre à un questionnaire de dépistage actif qui a pour but de déceler les signes et symptômes de la COVID-19 et l'exposition possible à celle-ci;
    • Ne recevoir des visiteurs qu'à l'extérieur pendant ces quatorze jours;
    • Surveiller l'apparition des symptômes;
    • Éviter d'utiliser des aires communes; cependant, si une aire commune ne peut être évitée, le pensionnaire doit porter un masque chirurgical / d'intervention s'il le tolère;
    • Limiter les contacts avec les autres pensionnaires;
    • Ne participer aux activités de groupe que si la distanciation physique est maintenue (c.-à-d. six pieds ou deux mètres) et en utilisant un masque chirurgical / d'intervention;
    • Pratiquer une bonne hygiène des mains en se lavant souvent les mains (en utilisant du savon et de l'eau ou un désinfectant pour les mains à base d'alcool);
    • Respecter l'étiquette respiratoire;
    • Continuer de suivre les directives appropriées concernant la distanciation physique (c.-à-d. rester à une distance de six pieds ou deux mètres des autres).

 

Ces mesures de protection sont essentielles pour aider à limiter le risque de transmission de la COVID-19 dans l'habitation.

Équipement de protection individuelle renforcé pour le personnel

  • Tous les membres du personnel doivent porter un masque chirurgical / d'intervention ET une protection des yeux (écran facial, lunettes de protection ou de sécurité) en tout temps, sauf :
    • lorsqu'ils mangent ou boivent (à condition qu'ils puissent rester à au moins deux mètres / six pieds des autres);
    • lorsqu'ils se trouvent à l'extérieur et que la distanciation physique peut être maintenue; ou
    • lorsqu'ils sont seuls dans un bureau.
  • Les membres du personnel doivent également porter une blouse d'isolement lorsqu'ils fournissent des soins directement aux pensionnaires qui présentent des symptômes respiratoires et/ou qui font l'objet de mesures de protection contre les gouttelettes / contacts.

La protection des yeux doit être :

  1. conçue pour protéger les muqueuses des yeux;
  2. une barrière qui assure cette protection.

La protection des yeux doit avoir des caractéristiques qui permettent de protéger les côtés des yeux / du visage en épousant les contours du visage afin que le risque que des gouttelettes tombent sur les yeux soit réduit.

Les verres correcteurs et les lunettes de soleil à eux seuls ne sont pas considérés comme une protection des yeux adéquate.
À titre de rappel, Santé publique Ontario a fourni les directives suivantes pour les aires réservées au personnel :

  • Toutes les activités qui nécessitent un contact étroit sont interrompues, y compris les réunions de groupe en personne.
  • Les horaires d'utilisation des aires communes sont décalés.
  • Les meubles sont déplacés pour permettre le maintien d'une distance de deux mètres entre les personnes et du ruban adhésif est posé sur le sol pour indiquer les emplacements où les meubles doivent rester.
  • Les aires communes sont nettoyées et désinfectées au moins deux fois par jour.

IMPORTANT : Le non-respect des exigences concernant l'utilisation prudente de l'EPI et la stricte limitation du retrait de l'EPI dans l'habitation collective est un facteur qui est connu pour contribuer à la propagation de la COVID-19 entre les membres du personnel et les pensionnaires et entre les membres du personnel eux-mêmes.

Questions de dépistage

Dans le cadre du dépistage dans les habitations collectives, il faut continuer à poser la question suivante à toutes les personnes qui souhaitent entrer dans l'habitation :

  1. « Êtes-vous au courant des recommandations et des restrictions en vigueur dans cette collectivité concernant la taille des rassemblements, l'hygiène des mains et des voies respiratoires, et l'utilisation des couvre-visages et des masques?
    1. Suivez-vous régulièrement ces recommandations et ces restrictions en dehors de cette habitation dans laquelle vous souhaitez pénétrer? »
  2. Il faut également continuer à renforcer le dépistage du personnel des organismes en posant les questions suivantes :

    1. « Comprenez-vous que vous devez porter correctement votre équipement de protection individuelle, et ce, à tout moment dans cette habitation, sauf lorsque vous mangez?
    2. Comprenez-vous que, chaque fois vous retirez votre EPI, vous devez maintenir une distance de deux mètres ou de six pieds avec toute autre personne?
      N'oubliez pas que toute interaction avec des collègues en dehors du travail sans couvre-visage ni distanciation physique augmente les risques de transmission de la COVID-19. »

    Pour obtenir la liste de tous les symptômes de la COVID-19 et accéder à d'autres outils de dépistage, veuillez consulter le site Web d'information du gouvernement de l'Ontario sur la COVID-19.

    Mesures de protection pour les habitations où il y a une éclosion active

    Si une habitation collective connaît une éclosion de COVID-19 active (un ou plusieurs cas de COVID-19 positifs), les mesures supplémentaires suivantes doivent être prises :

    • Rechercher des ressources de formation propres à l'éclosion disponibles par l'entremise de Santé publique Ontario (SPO), y compris en ce qui concerne l'utilisation appropriée de l'EPI et les pratiques de prévention et contrôle des infections (PCI).
    • Mettre en oeuvre des pratiques de nettoyage renforcées.
    • Restreindre les nouvelles admissions (lorsque cela est possible) dans les habitations qui connaissent une éclosion.
    • Demander l'aide de votre bureau de santé publique (BSP) local pour évaluer le besoin de soumettre à des tests de dépistage tous les pensionnaires et membres du personnel qui peuvent avoir été exposés.
    • Si un décret s'applique à l'habitation (p. ex., Services aux personnes ayant une déficience, services d'intervention, établissements de la lutte contre la traite des personnes, programmes de lutte contre la violence faite aux femmes), limiter la mobilité du personnel au travail sur le site de l'éclosion.
    • Les membres du personnel qui sont asymptomatiques mais qui ont obtenu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 doivent respecter les mesures de protection en cas d'éclosion et s'isoler pendant quatorze jours. Ces personnes ne doivent pas retourner au travail pendant quatorze jours.

    Visiteurs et absences

    • Les visites à l'intérieur sont autorisées UNIQUEMENT pour les visiteurs essentiels.
    • Les visiteurs essentiels doivent porter l'EPI complet exigé en cas d'éclosion.
    • Les activités récréatives organisées à l'extérieur de l'habitation collective sont suspendues.
    • Les pensionnaires ne doivent sortir que pour des raisons essentielles et doivent porter un masque. Dans la mesure du possible, l'infection ou l'existence d'un contact étroit doit être divulguée avant le rendez-vous ou l'absence pour qu'il soit possible de fournir des directives supplémentaires.
    • Les visites essentielles d'une nuit sont interdites.
    • Éviter les activités de groupe dans l'habitation et encourager autant que possible la distanciation physique pour les pensionnaires non infectés. Suivre les procédures d'isolement pour les pensionnaires symptomatiques ou dont le diagnostic de COVID-19 est confirmé.

    Autres mesures

    Les mesures ci-dessus sont des outils essentiels pour lutter contre les risques de transmission de la COVID-19 dans les habitations collectives financées par le MSESC.

    Même si les interactions directes liées au lieu de travail et aux habitations collectives jouent un rôle essentiel, ce que nous faisons dans notre vie personnelle contribue également directement aux risques d'infection dans ces habitations. Tous les Ontariens et Ontariennes, y compris les membres du personnel des habitations collectives, DOIVENT respecter scrupuleusement dans leur vie personnelle les pratiques qui aident à arrêter la propagation de la COVID-19.

    Ces pratiques consistent à rester à au moins deux mètres ou six pieds des autres personnes, à utiliser un masque ou un couvre-visage lorsque vous êtes à l'extérieur de votre maison, à respecter une hygiène rigoureuse des mains et des voies respiratoires et à limiter les contacts étroits (à moins de six pieds ou deux mètres) aux personnes avec lesquelles vous habitez dans un même ménage.

    Pour soutenir ces efforts, les organismes doivent compléter ces pratiques en prenant des mesures pour maintenir et élargir les dispositions concernant le travail à domicile lorsqu'il n'est pas essentiel que les employés se rendent sur le lieu de travail.